Anadenanthera spp.

Constantino Manuel Torres et David B. Repke, auteurs de Anadenanthera : Visionary Plant of Ancient South America, l’étude la plus complète sur cette plante, affirment : « Le genre Anadenanthera était, avec le tabac, l’un des alcools chamaniques les plus utilisés.

Sa distribution est principalement sud-américaine et comprend deux espèces avec deux variétés chacune.

Les premières preuves de l’utilisation de plantes psychoactives en Amérique du Sud sont fournies par des restes de graines et de gousses retrouvés sur des sites archéologiques vieux de quatre millénaires.

Les graines sont grillées, pulvérisées et inhalées par le nez, ou fumées dans des pipes ou sous forme de cigares ».

Ils soulignent également que « les plus anciennes descriptions de l’utilisation de plantes visionnaires dans les Amériques font référence au fait de fumer du tabac et d’inhaler des graines en poudre d’Anadenanthera peregrina par les Taínos des Grandes Antilles […].

La première description des pratiques de tabagisme aux Amériques a été rédigée par Christophe Colomb à partir des observations faites lors de son deuxième voyage (1493-1496).

Pendant sa brève période de résidence sur l’île d’Hispaniola, Christophe Colomb a observé que les indigènes se livraient à une cérémonie religieuse dont la prise d’une poudre psychoactive faisait partie intégrante ».

Des centaines de milliers d’exemples d’art rupestre probablement produits par le peuple Carijona ont été identifiés sur le site archéologique de Chiribiquete (situé dans les départements de Caquetá et Guaviare en Colombie). Les dessins les plus anciens pourraient avoir jusqu’à 20 000 ans. Les peintures des abris sous roche comprennent des représentations de plantes sacrées, dont l’acacia psychoactif Anadenanthera peregrina, connu sous le nom de yopo. Selon l’archéologue et anthropologue colombien Carlos Castaño-Uribe, auteur de l’indispensable étude Chiribiquete : la maloka cósmica de los hombres jaguar : « Dans l’iconographie sacrée, la graine de yopo est représentée avec une tige hérissée et une bifurcation pour le début de la germination. Au fur et à mesure que la plantule grandit, elle forme une branche centrale (tridigit). Dans de nombreuses représentations, l’image est synthétisée avec une germination entièrement horizontale et des ramifications feuillues ascendantes, qui sont associées aux danses avec le pôle du centre du monde, un aspect clé des rituels de danse observés à Chiribiquete ».

Les images du microscope confocal que nous avons incluses dans le site Web sont celles d’Anadenanthera colubrina, qui est originaire d’Amérique du Sud. Les preuves archéologiques irréfutables sous forme de graines réelles que Torres et Repke mentionnent proviennent de sites du nord du Chili et de l’Argentine, ainsi que de Bolivie, près du lac Titicaca. Il existe également des plateaux à priser d’une extraordinaire qualité artistique et autres accessoires associés à l’ingestion des graines grillées et écrasées qui contiennent de grandes quantités de bufoténine.

J’ai rencontré Manolo Torres en 1983, alors que nous avions tous deux une bourse Fulbright pour travailler sur des projets au Chili. Je faisais les recherches nécessaires pour éditer et traduire une anthologie bilingue de poésie chilienne contemporaine, dix ans après le coup d’État militaire. J’ai eu le rare privilège de voir Manolo alors qu’il travaillait sur ses hypothèses et ses questions fascinantes, toujours non résolues à l’époque, lorsqu’il m’a invité à lui rendre visite à San Pedro de Atacama, l’un des endroits les plus secs et les plus beaux de la planète. Des momies antiques, des tabatières et, la nuit, plus d’étoiles que je n’en avais jamais vues ! La Voie lactée est une rivière blanche là-bas !

L’espèce très proche Anadenanthera peregrina, appelée cohoba par les Taínos dans les Caraïbes, a été documentée par un moine, Ramón Pané, qui avait été chargé par Christophe Colomb d’étudier les cérémonies et les antiquités des peuples indigènes qui habitaient les îles. Pané, à partir de 1494, a travaillé pendant quatre ans sur ses recherches ethnographiques, qui comprenaient des références spécifiques à cette importante poudre psychoactive faite à partir des graines d’A. peregrina. L’Inquisition a produit l’interdiction violente de cette plante sacrée et des rituels qui lui sont associés, considérés comme une source menaçante de cohérence sociale indigène et une concurrence indésirable au christianisme. Cette tragédie marque également le début de la dévastation écologique des Amériques par l’Europe. Et, bien sûr, le bilan humain régional concernant l’extermination ultérieure de la population amérindienne des Grandes Antilles ne pourrait être plus lourd.

Des preuves paléoethnobotaniques découvertes par une équipe de chercheurs dirigée par Matthew E. Biwer lors de fouilles sur un site de Quilcapampa suggèrent fortement que la culture Wari pendant l’Horizon Moyen (600-1000 après JC) a produit une boisson fermentée psychoactive en combinant des drupes de Schinus molle et des graines de d’Anadenanthera colubrina (vilca). Selon cet article publié dans la revue Antiquity: “La chicha-molle infusée de Vilca a permis une expérience psychotrope plus inclusive dans la société wari. Pour la première fois peut-être dans les Andes, la consommation de vilca s’est donc déplacée au-delà de ces chefs spirituels qui ont communié avec le royaume surnaturel.” La consommation publique et ritualisée de ce breuvage est un exemple de l’utilisation ancienne des hallucinogènes au Pérou pour coordonner l’action collective et créer une cohésion sociale.

A lire également