Brugmansia spp.

Alistair Hay, l’un des auteurs du livre vraiment exquis Huanduj : Brugmansia, affirme que « le peuple inca était un nouveau venu sur la scène péruvienne, qui a placé divers groupes indigènes sous sa domination, et qu’il n’a adopté que tardivement les plantes sacrées qui étaient depuis longtemps un élément central des cultures religieuses de ceux qu’il avait conquis : les brugmansias hallucinogènes étaient parmi les plus importantes pour eux ».

Il poursuit en disant que les brugmansias « sont sans conteste l’élite des enthéogènes sud-américains, généralement réservés à l’ultime entraînement chamanique, aux cas les plus difficiles de divination et de guérison, aux guerriers les plus féroces et aux chamans les plus courageux et les plus habiles ».

Confirmant cette idée, l’anthropologue Glenn H. Shepard, Jr. soutient que, selon ce qu’il a observé en Amazonie péruvienne, « une dose plus importante d’infusion de Brugmansia, induisant une vision, peut être administrée par voie orale en dernier recours pour traiter les personnes atteintes de maladies incurables, de sorcellerie ou d’accidents graves. Cette préparation est considérée comme le plus enivrant (kepigari) et le plus fort de tous les médicaments… Le Brugmansia est la chirurgie à cœur ouvert des Matsigenka – un ultime recours à la plus haute autorité médicale, réservé uniquement aux cas les plus drastiques ».

Dans un article d’Arteaga de García paru dans la publication spécialisée Revista Colombiana de Ciencias Químico-Farmaceúticas sur les Brugmansias en tant qu’espèce prometteuse pour la production d’alcaloïdes de tropane, notamment la scopolamine et l’atropine, qui sont utilisés dans les médicaments anticholinergiques pour traiter les troubles pulmonaires obstructifs chroniques et l’hyperactivité de la vessie, ainsi que pour atténuer les nausées associées au mal des transports et aux traitements de chimiothérapie. Les feuilles et les fleurs de Brugmansia sanguinea présentent des concentrations particulièrement élevées de ces composés.

A lire également